Soutenance de thèse - État de la qualité des eaux de l'estuaire de la Gironde : cas du cadmium et des butylétains

L'estuaire de la Gironde est affecté par une pollution polymétallique historique, dont la contamination persistante en cadmium (Cd) empêche une reprise complète et le développement de la conchyliculture girondine, avec un risque potentiel pour le 1er site ostréicole français (Marennes-Oléron). D'autre part, le suivi de l'état de la qualité chimique des masses d'eau, mis en place par la Directive Cadre sur l'Eau (DCE) a déclassé en 2009 la masse d'eau « Gironde centrale » à cause de niveaux élevés en tributylétain (TBT), hautement toxique et interdit depuis plusieurs décennies, détecté dans l'estuaire de la Gironde.
Ce travail se base sur 12 campagnes océanographiques comprenant un suivi temporel mensuel pendant l'année 2015 aux sites de surveillance DCE (PK52 et PK86), à PK 30 et 3 profils longitudinaux sur l'ensemble du gradient salin depuis Bordeaux jusqu'à l'embouchure. Les mesures in-situ et les échantillons visaient à caractériser l'état actuel de la qualité des eaux girondines pour Cd et butyl-étains dans le contexte historique de décontamination et de résilience du système fluvio-estuarien. Les résultats ont montré les plus faibles additions en Cd dissous (Cdd) dans le gradient salin depuis 2002, pour des conditions hydriques contrastées. Le développement de plusieurs méthodes de calcul a permis de montrer une diminution des flux nets de Cdd au cours des 30 dernières années d'un facteur ~10. Les concentrations en Cd particulaire (Cdp) présentent des valeurs de l'ordre de 0,45 ± 0,07 mg/kg ces 10 dernières années. Cette valeur est supérieure au bruit de fond géochimique de l'estuaire salin (0,2 mg/kg) suggérant la persistance d'un potentiel de contamination de la zone côtière par désorption. Des mesures ADCP à l'embouchure de l'estuaire couplées à des analyses géochimiques ont permis d'estimer quantitativement les flux nets en matières en suspension (MES) et Cdp pour des conditions hydrologiques extrêmes. La prise en compte de l'ensemble de résultats scientifiques (mesures et modélisation hydrosédimentaire) antérieures et l'analyse des évènements de crue et des coefficients de marée depuis 1990 ont permis de proposer un modèle conceptuel d'export de MES et Cdp en zone côtière. Le suivi mensuel sur l'année 2015 montre que l'estuaire de la Gironde serait déclassé en TBT sans toutefois avoir une moyenne très supérieure à la Norme de Qualité Environnementale. Les enregistrements longitudinaux des butylétains (TBT, dibutylétain (DBT) et monobutylétain (MBT)) dans les compartiments eaux, MES et sédiments de l'ensemble de l'estuaire de la Gironde ont permis de mettre en évidence plusieurs sources potentielles actuelles localisées au niveau de Bordeaux, du Bec d'Ambès, mais surtout au niveau de la masse d'eau aval, proche de l'embouchure.

Bas de page