Un drone aquatique pour compter les poissons à Thonon-les-Bains

Pour Jean Guillard, directeur adjoint de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Thonon, c’était un rêve vieux d’une dizaine d’années. À savoir, disposer d’un robot autonome capable de mesurer avec précision la densité de la population piscicole et affranchir ainsi les chercheurs d’une tâche laborieuse et chronophage. Aujourd’hui, ce drone aquatique prénommé Harle est en phase de test. Il a déjà à son actif une dizaine de sorties sur le Léman. Il ne vole pas, mais se déplace à la surface de l’eau sur une zone préprogrammée à l’aide de coordonnées GPS et livre des données qui permettent de mesurer l’évolution des stocks piscicoles d’une année sur l’autre et mieux cerner l’impact climatique. Entre autres.

Bas de page